Madame la Ministre, protégez les Français...

11 octobre 2018 - Communiqué d’experts :

LETTRE OUVERTE A MADAME AGNES BUZYN, MINISTRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ

« Madame la Ministre, protégez les Français des dangers de l’alcool ! »

Augmenter de 10 millions d’euros le Fonds de lutte contre le tabac à l’ensemble des substances psychoactives (tabac, alcool, cannabis, etc.) relève d’un effet d’annonce sans commune mesure avec la dimension du problème. Pire, l’alcool est le grand absent du financement de ce « Fonds de lutte contre les addictions liées aux substances psychoactives ».

Pourtant, taxer plus fortement l’alcool est indispensable pour financer la prévention et les soins et surtout pour réduire sa consommation, notamment celle des plus jeunes. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de le rappeler dans son rapport pour réduire les dommages de l’alcool dans le monde. Pourtant les Français sont très favorables à plus de prévention et même 92% d’entre eux souhaitent des mesures protégeant les jeunes (sondage de La Ligue contre le Cancer du 14 juin 2018).

Les excellents résultats obtenus en matière de lutte contre le tabac (1 million de fumeurs en moins en un an) grâce à la hausse du prix du tabac, montrent pourtant la voie à suivre car ils confirment l’efficacité des mesures de taxation et de contrôle du marketing. A contrario, le « grand » plan de prévention de l’alcoolisme du Gouvernement se résume aujourd’hui à une discussion picrocholine sur la taille en millimètres du pictogramme pour les femmes enceintes ! Cette négociation dérisoire avec les lobbies alcooliers n’est à la hauteur ni des ravages causées par l’alcool, ni des attentes des Français qui sont en droit d’exiger une protection cohérente et efficace face aux addictions. L’alcool ne doit pas rester l’éternel trou noir des politiques de prévention de la consommation de produits psychoactifs. Aucun Français ne doute de la puissance de lobbys qui parviennent à museler l’action politique dans le domaine de l’alcool, sujet d’intérêt général qui ligue contre lui le plus grand nombre d’intérêts particuliers.

C’est oublier qu’au-delà des 49 000 morts annuelles causées directement par sa consommation, l’alcool est :

la deuxième cause de cancers (et la première cause de cancers du sein) ;
la première cause de démence précoce ;
la première cause de mortalité chez les 15-30 ans ;
la deuxième cause d’hospitalisation médicale.

C’est oublier que l’alcool est impliqué dans plus de la moitié des violences faites aux femmes et aux enfants. C’est oublier que l’alcool est la première cause évitable de retard mental chez l’enfant.

Le coût social de l'alcool est estimé à 120 milliards par an.

Sans attendre, la Loi de financement de la Sécurité Sociale doit intégrer dès 2019 :

Une taxe sur les boissons alcoolisées en fonction du gramme d’alcool pur pour financer les soins ;
Une taxe sur les dépenses de publicité – y compris sur Internet – pour financer la prévention.


Signataires
Bernard Basset, vice-président de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) – 07 86 55 54 53
Amine Benyamina, professeur de psychiatrie et d’addictologie, université Paris-XI – 06 84 49 41 46
Gérard Dubois, professeur de santé publique, Académie de médecine – 06 86 46 93 79
Serge Hercberg, professeur de nutrition, université Paris-XIII - 06 11 02 31 47
Catherine Hill, épidémiologiste – 06 74 67 42 10
Albert Hirsch, professeur de pneumologie, université Paris-VII, administrateur de la LNCC
Michel Reynaud, professeur de psychiatrie et d’addictologie, président du Fonds Actions Addictions – 06 08 64 65 68
Nicolas Simon, professeur de médecine à Marseille, président de l’ANPAA – 06 33 39 17 65

ACTUALITES

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu